Croisée de Faernol Index du Forum
Croisée de Faernol
Refuge des Fire in the Hall (3095)
 
Croisée de Faernol Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: 2/ L'INQUISITEUR ET LE DEMON ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Croisée de Faernol Index du Forum -> CONTES ET LEGENDES DU MIDIKAN -> CHRONIQUES D'UNE TROLLETTE DE PEU DE VERTU
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tharass l'Araignée
Sélénombre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2012
Messages: 976
N° de TROLL: 76 089
GUILDE: Fire in the Hall
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 00:29 (2012)    Sujet du message: 2/ L'INQUISITEUR ET LE DEMON Répondre en citant

L INQUISITEUR ET LE DEMON
    

Âgée de 10 mouches maintenant, Tharass avait suivi les conseils de Dargrimm. « Rencontrer des compagnons ». Les compagnons sont des amis, se disait elle, les amitiés se... tissent! L'araignée tisse sa toile, des fils? Attacher avec des fils ses compagnons?

Ses fils à elle ne semblaient ni avoir la tangibilité de ceux des araignées géantes qu'elle avait pu croiser, ni leur gluant. Elle avançait pas à pas dans sa quête. Comme le lui avait expliqué le chapeau de paille, sa langue était un don, il fallait alors prendre soin de la travailler. La skrimette s'attela donc à tisser des chants dans l'espoir « d'attacher à elle des compagnons ».

Un dey, alors qu'elle cueillait des champignons dans un champ sauvage, elle se fit surprendre par une odeur métallique teintée de sang. Elle se figea, puis comprenant qu'on la reniflait pour la dévorer, Tharass prit ses jambes à son cou et courut sans s'arrêter jusqu'à entrevoir la lumière d'une auberge. Le prédateur la poursuivait. Son petit cœur azuré battait la chamade. Pourvu que quelqu'un me vienne en aide, priait elle.

En poussant la porte de la bâtisse, Tharass aperçut un groupe de trolls. Ils portaient la bannière de l'Ordre de l'Ewald. Parmi eux, elle espérait trouver une âme sensible à sa « ballade de la trollinette en détresse ». Elle entonna son chant, et un premier troll se leva. Il s'agissait d'un imposant Kastar de trois fois son âge, dont les cicatrices figeaient le sourire renforçant l'expression de folie qui se dégageait de son regard.
 


« Gné? Un divertissement!? » Le troll avait un je ne sais quoi de dérangé, mais pas le temps d'y penser, voilà que son assaillant venait de pénétrer ces lieux. La skrimette s'interrompit. Le kastar fit éclater dans la pièce des rires maléfiques en direction de ce nouvel arrivant. Puis sans autres sommations, il partit à l'assaut du prédateur de la blonde. Visant directement la jugulaire! Ce devait être un assassin aguéri, pensa-t-elle. Enfin, sans autre forme de procès, il l'acheva.

« JOKe! Prespuret! REGARDE MOI, JE LE VEUX! » semblait ordonner un petit Skrim de son âge. Ses yeux se tintèrent de rouge, et par une magie puissante, le dénommé Sandmann apaisa le troll et ramena dans le corps du tueur sanguinaire, un esprit manifestement beaucoup moins dérangé.
« C'est fini, il est mort! Tout doux! Prespuret n'est plus. Quand je claquerai des doigts, il n'y aura plus que JOKe! » Un clac retenti, puis ses yeux reprirent leur couleur bleu glacé. Enfin, l'inquisiteur se retourna en direction de la skrimette.

« On a eu de la chance cette fois, le démon qui someille en lui tient souvent à me tenir tête, et s'il me résistait, on aurait du tous courir très viiiite et loiiiin! Hihi! »
 


Le skrim lui sourit, l'invita à se joindre à eux et lui conta l'histoire de JOKE: deux esprits se partageaient ce corps, tantôt il était une des plus fines canines du Midikan, respecté de tous. Tantôt un démon redouté et dont seul le sang ou la magie pouvait calmer la soif.

L'inquisiteur, du haut de ses quelques mouches, conclue que la skrimette à la chevelure sélénienne avait réveillé Prespuret avec son chant. La magie d'hypnotisme transpirait sur la langue de la blonde, mais ses yeux ne semblaient pas encore s'être éveillés, songea-t-il. L'inquisiteur décida donc de l'accompagner jusqu'à ce qu'elle prenne conscience de son pouvoir. JOKe, quant à lui, allait se faire son maître à danser.

Dès le lendemain, le démon lui offrit sa première leçon. Ce kastar ne s'embarassait pas avec les discours, rien de tel que la pratique pour progresser. Il lui jeta nonchalamant une de ses armes, une vieille épée usée et dont l'acier semblait avoir été rongé par un Chonchon. Elle tenta de l'attraper, la manqua, et l'entendit tomber avec fracas.

« Demain, tu la saisiras. Ramasse! » lui ordonna JOKe. Finies les chorégraphies d'enfants, cette fois la jeune skrimette ne tenait plus un vulgaire bâton, mais une épée tranchante malgré son état, avec poignée, garde et un pommeau sculpté. Tharass la prit fébrilement à deux mains, la tint levée droit devant elle, malgré son poids inattendu, bien supérieur aux armes de fortune qu'elle avait pu porter par le passé.

« Pas comme ça petit! Les deux mains ne sont nécessaires que pour les grandes armes. Celle ci se tient d'une seule.
- Elle est trop lourde...
- Lourde comme il convient pour te donner des forces et un bon équilibre. D'une seule main maintenant. »
Elle détacha sa main gauche de la poignée et en essuya la paume moite sur ces culottes, tout en crispant la main droite sur l'arme. Le démon paraissait content.
 


« A présent, tu te tiens mal! Ton corps de face...., oui voilà. Tu es aussi corpulante qu'une pointe de pique, tu sais? C'est bon, la cible en est moindre. Maintenant, la poignée. Laisse voir. » Il s'approcha, lui examina la main, écarta ses doigts pour les replacer correctement. « Exactement comme ça, oui. Mais ne te crispe pas tant, non, la prise doit être souple, délicate!
- Mais je vais lâcher mon arme...
- L'acier doit faire partie de ton bras, dit il sèchement. Peux tu lâcher une partie de ton bras? Non, et bien? JOKe sait de quoi il parle, alors écoute le petit! »

A force de s'entendre appeler ainsi, Tharass crut bon de s'insurger: « Je suis une trollette. »
- Troll, trollette..., répliqua le démon, tu es une épée, voilà tout! A présent, nous allons commencer la danse, la danse de l'ashashin, vive et subite. » Il recula d'un pas, leva son gantelet. « Maintenant, essaie de me frapper. »

Son entrainement dura plusieurs mundideys. Et à chaque mouche qui venait la rejoindre, le corps de la trollinette changeait pour laisser entrevoir des formes arrondies qui ne laissaient pas l'inquisiteur indifférent. Ses yeux ne s'étaient toujours pas éveillés, mais ses pas de danses avaient d'ores et déjà quelque chose d'hypnotisant...
 



_________________
"Le temps est la toile où je suis à la fois la mouche et l'Araignée"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 00:29 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Croisée de Faernol Index du Forum -> CONTES ET LEGENDES DU MIDIKAN -> CHRONIQUES D'UNE TROLLETTE DE PEU DE VERTU Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com